ffsdzalter

  • Accueil
  • > Docs
  • > ceci est un Article Publié contre la personne de Bouhadef A vos Comment’s

3 juillet, 2007

ceci est un Article Publié contre la personne de Bouhadef A vos Comment’s

Classé sous Docs — ffsdzalter @ 15:40

bouhadef1.jpg  Ceci est un Article publié par les Officiels du FFS Nous vous invitons à réagir a cet Article infondé, qui n’a rien de politique malheureusement, qui ne vise qu’à toucher l’intégrité Morale d’une personne Humaine à un moment donné à sacrifié une partie de sa vie de son temps… sans y’aller trop loin au service de la construction d’un parti…

Ci-joint l’article publié par une caste… a vos claviers chers amis

NB: une chose est claire sur ce blog, aucune censure, sauf dans le cas où y’a de mots grossiers ou insultes jugées graves.

« Depuis sa démission du FFS, Mustapha Bouhadef est devenu une “star”. Après avoir fait le tour des journaux, c’est à son tour de recevoir un journaliste d’El Watan chez lui. Le journal a consacré une page pour dresser le portrait de l’ancien premier secrétaire du FFS.

Mustapha Bouhadef a déclaré que de “militants ont eu droit à une bastonnade à l’intérieur même du siège national. Parmi eux des anciens de 1963 qui, au péril de leur vie ont permis au FFS d’entrer dans le panthéon de l’histoire de la lutte pour la démocratie en Algérie.”
Mensonges!

Pourquoi Mustapha Bouhadef n’avait pas parlé des faits réels? A-t-il oublié l’acte de vandalisme commis par un groupe de “militants” qui ont cassé le portail du siège national du parti avant d’occuper la salle du conseil national?
En plus, les événements se sont passés le 21 décembre 2006. Qu’est-ce qui a empêché Bouhadef de déclarer sa solidarité à ses “militants”? Pourquoi attendre 6 mois pour le faire? Bouhadef avait assisté à des sessions du Conseil national; pourquoi n’a-t-il pas dénoncé ce qui s’est passé? Qui sont ces anciens de 1963 ? Il n y’avait aucun militant de 1963 parmi le groupe venu occuper le siège. Bouhadef peut-il imaginer un instant un militant de 1963 casser le siège de son parti ?

Bouhadef a ajouté que “récemment encore, les militants invités à assister à la conférence nationale d’Audit du FFS tenue à Zéralda ont été soumis aux caprices d’une société de gardiennage qui assurait la sécurité…». Quel mensonge ! Une société de gardiennage ? Bouhadef a-t-il oublié que le FFS n’a jamais eu recours à une société de gardiennage. A-t-il oublié que les dirigeants du FFS ont toujours refusé de porter les armes ou être escortés par la police ? Il est vrai que M. Bouhadef était le seul dirigeant du FFS à avoir bénéficié d’une garde rapprochée de la police pendant la période où il était “menacé”.

Il est à souligner que ceux qui ont assuré la sécurité durant l’Audit sont des militants du FFS de des sections de Hydra, Ain Beniane, Tazmalt, Tizi Ghennif…Le membre du CN agressé n’était pas membre d’une société de gardiennage. Ce sont de simples militants, des démunis, des laissées-pour-compte qui n’ont ni Mercedes, ni villa.

Bouhadef ajoute : « J’ai décliné le poste de premier secrétaire, mais je suis resté au parti, malgré les dénégations de M. Cherifi dont les attaques étaient aussi stupides qu’injustifiées. M. Cherifi clamait à qui voulait l’entendre qu’il était témoin qu’on ne m’avait jamais imposé les membres du secrétariat. Comment pouvait-il témoigner alors qu’à la période citée il était absent et que je n’avais pas eu le moindre contact avec lui durant cette période. »
Lors de son discours d’ouverture à la Conférence nationale d’Audit , M. Cherifi avait simplement dit qu’on ne peut pas démissionner publiquement quand on est un simple militant. C’est le cas de Bouhadef.

Bouhadef a démissionné de son poste de premier secrétaire et à ce jour, il n’a pas évoqué les raisons malgré la demande de certains membres du CN. Faut-il rappeler à M. Bouhadef qu’il n’avait même pas eu le courage de contacter le président du parti pour lui annoncer sa démission. Il avait envoyé la démission par fax à un propriétaire d’un café à Paris pour la remettre au président du parti.
Bouhadef avait bel et bien convoqué le Conseil national afin qu’il présente son secrétariat national et son programme. Le jour de la session, il n’est pas venu.

Après la désignation, le 30 septembre 2004, du camarade Ali Laskri au poste de premier secrétaire, l’ensemble des ex-premiers secrétaires du parti ont été conviés à la commémoration du 41ème anniversaire du FFS. Mustapha Bouhadef, qui a démissionné de son poste pour des raisons qu’il n’a jamais annoncées publiquement, s’est montré «content» de la désignation de Ali Laskri en qualité de premier secrétaire. M. Bouhadef a tenu à rassurer qu’il n’y aura pas de déviation du parti par rapport à sa ligne directrice.

De son côté, Djoudi Mameri, premier secrétaire entre 2003 et 2004, avait déclaré : «si nous sommes là, en tant que ex-premiers secrétaires nationaux, c’est pour dire que le FFS va très bien, mais c’est l’Algérie qui va mal» et d’enchaîner: « Si les militants et le président du parti ont nommé Ali Laskri à ce poste, c’est parce qu’il a fait la démonstration sur le terrain. Car militer ce n’est plus haranguer les foules, mais c’est s’occuper des problèmes des citoyens et de les soutenir».

Par ailleurs, Ahmed Djeddaï a insisté sur le fait que «le FFS reste toujours un parti de l’opposition jusqu’à l’instauration d’un Etat démocratique et l’épanouissement social des Algériens. Le FFS est la continuité du mouvement national. Nous maintiendrons le cap et rien nous pourra ne faire dévier de notre chemin de la démocratisation du régime militaire à façade démocratique. Nous ne céderons pas».

Ali Kerboua, quant à lui, reconnaît qu’il y a crise au sein du FFS. «C’est vrai que nous avons des
problèmes au sein de la direction nationale, mais nous restons un parti qui continue à avoir de l’ancrage. Quelles que soient les divergences sur la forme, le fond, nous continuons à le partager», a-t-il noté. Pour lui, malgré les querelles au sommet du parti, la base reste unie et solide.

Il est vrai qu’au moment où les lycéens et les étudiants avaient rejoint les rangs de l’ALN en 1956, M. Bouhadef faisait ses études supérieures en France. “Je vivais grâce au football car je jouais dans le club local de Poitiers qui évoluait en CFA. Cela m’a beaucoup aidé. J’étais titulaire au milieu ou en attaque. Je pouvais signer en Division II, mais je ne voulais pas compromettre mes études. »

2 Réponses à “ceci est un Article Publié contre la personne de Bouhadef A vos Comment’s”

  1. Anti-Violence dit :

    c’est grave ce qui se passe au FFS

  2. Boudries Laziz dit :

    Musta;Un pure produit du FLN,s’est installé au FFS pour briguer ,un poste de ministre;cest pas possible avec d’a l’ho.Ce dernier a commencé a parlementer avec les généraux.Il a pris 02 fois un pactole de 500000da,a L apc de Beni yenni.Ce type ne sais pas ce qu’est la honte,dignité,honneur;je ne vais pas le dénigrer,j’essais d’etre le plus objéctif possible;il est milliardaire ce coco:Je m’intéroge sur les choix des hommes du ffs,et la teneur donné a L AUDIT,il fallait auditer Mr BOUHADEF,ce n’est jamais trop tard.

Laisser un commentaire

Livre Génération d'Or |
LACOMPASSION20 |
Blog Club Nature |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | capsurlavenir
| inpbpm video
| LES TONGS SE TREMOUSSENT EN...